Interviews

Interview #2

Aujourd’hui la parole est à James Osmont

régis james osmont
Couverture du roman

C’est avec plaisir que j’ai interviewée James Osmont, auteur du thriller psychologique « REGIS ». Si vous ne connaissez pas, ma chronique est ici.

Bonjour James. Peux tu te présenté à mes lecteurs?   

Salut, James Osmont, 33 ans, 1m77, 77kg…

Et dis moi, que fais tu dans la vie?

Plus sérieusement je suis infirmier psychiatrique depuis 10 ans, marié, une petite de quatre ans, je vis en Bretagne… Je viens du monde de la photographie, entre quinze et vingt expositions à mon actif, j’ai aussi animé un webzine musical de 2002 a 2013 a peu près… Et donc la j’ai sorti un premier roman en février, le deuxième est en gestation…

Donc dans la vie, je crée, j’ai envie de te répondre !…

On peut donc dire que Régis est né de ton métier. 
Tu touche donc à deux art différent, l’écriture et la photographie, si tu devais faire un parallèle entre les deux se serait…

 Je pense qu’autant en photo on peut se cacher derrière son sujet, autant dans le travail d’écriture on est totalement à poil donc oui, Régis est né de mon expérience de travail mais il aborde tellement d’autres choses, sensations, questionnements… un artiste il parle de lui en se transcendant pour s’adresser aux autres, partager une émotion etc, mais au fond il parle de lui…  La photo et l’écriture c’est deux facettes d’une même recherche je pense, on m’avait déjà dit qu’il y avait une dimension cinéma dans la mise en scène de mes photo de rue, la thématique de l’errance etc, et j’ai l’impression qu’il y aussi un feeling cinéma dans ma manière de tisser la toile narrative dans Régis, finalement le point commun c’est peut-être un troisième art…

 C’est joliment dit!

 Et la musique en fond sonore toujours…

 Indissociable pour moi quand je veux proposer une émotion globale, j’écris en musique, je mets de la musique dans le récit, comme je l’ai fait pour les expos photo ou les livres photos que j’ai sortis avant… Une proposition complexe, avec plusieurs niveaux de lecture…

 Régis aborde aborde effectivement plein de sujet, mais c’est aussi une lecture qui peut mettre à mal à l’aise certains lecteurs. C’est une sensation qui a était recherché pendant l’écriture?

 L’écriture abrupte, nerveuse, les saccades avec des chapitres courts, le passage d’une idée à une autre, tout en gardant un fil conducteur ténu, c’est une écriture instable que je voulais un peu « forcer » pour rendre compte du psychisme d’une malade schizophrène… Ça me vaut pas mal de compliments mais aussi des qualificatifs comme « atypique » que j’ai effectivement recherché… Après sur le fond l’histoire peut par moment être violent et cruelle, glauque et très pessimiste mais la aussi ça rend compte d’une certaine réalité de nombreux malades : espérance de vie réduite, taux de suicide important, possibilité de réinsertion minimes dans l’exigence sécuritaire qui est la nôtre, agressions et inadaptation à la société, les malades sont avant tout des victimes avant d’être le 0,1% de tueurs géniaux froids et pervers qu’on rencontre (trop) souvent de manière caricaturale dans la littérature de thriller

Je voulais surtout qu’il en ressorte de l’humanité et l’abord un peu rude et sombre, y compris de la couv est un paravent je pense, beaucoup de gens m’ont dit s’être « attachés » à Regis…


 Tu m’a parlé d’un autre livre en gestation, sera t il dans la ligné de Régis!?
 C’est la suite !
 Donc oui dans l’idéal même charte graphique, même écriture même atmosphère… Cohérence quoi, même si – sans vouloir spoiler – l’histoire est forcément différente…

 Dernière question, Un conseil pour un futur lecteur de ton roman?

 Les romans, les photos, c’est comme les blagues : s’il faut les expliquer c’est que c’est mauvais… Donc bon, il faut sûrement un peu d’ouverture d’esprit, que ce soit pour le lecteur habituel de thrillers parce que finalement ça n’en est pas un, ou pour le lecteur rebuté par la noirceur apparente parce qu’à mon sens c’est un récit très humain et basé sur les émotions… Pour le reste, la critique principale que je reçois ce sont des gens qui n’ont pas appréhendé l’omniprésence de la musique comme un quasi personnage à part entière, c’est sûr qu’il sont passés un peu à côté d’un des aspects principaux de ce roman… Globalement je suis vraiment surpris de la diversité du lectorat et de la bienveillance que je reçois en retour alors qu’on pourrait croire que Régis est un agressif, qui malmène et angoisse ses lecteurs un peu maso… J’ai l’impression d’avoir été compris globalement et c’est super encourageant.

 Un petit mot pour la fin?
 T’es lecteurs doivent te ressembler : ouverts, désintéressés, curieux, cultivés… Merci de ton soutien, et merci à tous ceux qui soutiennent les « petits auteurs indés », à ceux qui laissent des commentaires, c’est vital, à ceux qui en parlent autour d’eux etc… Oserez-vous faire la connaissance de Régis ?…

 Merci , beaucoup pour cet échange. Au plaisir de te lire à nouveau 🙂

Vous hésitez encore à vous lancer dans la lecture de Régis, voilà de quoi vous en convaincre.

Le clip promo est ici, un extrait de 50 pages ici et la bande-son ici pour une total immersion

Vous voilà convaincu, très bien, vous n’avez plus qu’a vous rendre sur AMAZON pour vous le procurer 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s